Jump to content


Photo

De Corte, Marcel (1950-1954 ; 1955-1959)


  • Please log in to reply
1 reply to this topic

#1 Gascar

Gascar
  • Administrators
  • 5,430 posts
  • My team:RSCA
  • Favorite Team:
    Juventus

Posted 20 April 2013 - 13:59

2301343685_1.jpg

 

 


NL:

Omdat hij in '54 vertrok naar het toenmalige Belgisch Congo vanwaar hij ziek terugkeerde, kende Marcel Decorte een korte voetballoopbaan bij Sporting en de nationale ploeg (drie interlands). Omwille van zijn techniek en de pure klasse waarvan zijn optreden getuigde, blijft de herinnering aan zijn voetbaloptreden levendig. Decorte werd in het begin van de jaren vijftig dan ook in één adem genoemd met Rik Coppens als het grootste talent van dat moment. Sporting had al gauw door dat de in Sint-Truiden geboren maar voor Racing Gent spelende aanvaller een stijl ontwikkelde die helemaal bij het huis paste. In ruil kreeg Racing Gent vijf spelers cadeau: doelman Pierre Figeys, Arnold Vander Eecken, Jean Wijns, Pierre Erroelen en Michel Van Vaerenbergh.

Aanvankelijk verliep zijn integratie in de ploeg niet erg vlot. De jonge Decorte was door zijn immens talent zo op zichzelf gericht dat hij het collectieve belang wel eens uit het oog verloor, wat helemaal niet naar de zin was van Jef Mermans. Uiteindelijk verstikte zijn talent alle kritiek en ontpopte hij zich in het toenmalige Emile Versé-stadion samen met Jef Mermans & Polyte Vanden Bosch als de Belgische uitvinder van de een-twee, een wapen dat tal van tegenstanders voor schut zette. De meest briljante wedstrijd waarin hij al zijn dribbelkunsten toonde was de vriendschappelijke wedstrijd op 6 mei 1954 ter gelegenheid van de inhuldiging van de nieuwe lichtinstallatie. Tegen Racing Club de Buenos Aires toonde Decorte zich Argentijnser dan de Argentijnen, waarbij hij ondermeer een één-twee avant la lettre opzette met Mermans en vervolgens scoorde. De benaming één-twee zou pas echt opgang maken nadat het Braziliaanse duo Pele – Coutinho de beweging tot hun handelsmerk hadden uitgebouwd.

Wat hij zich het meest herinnert van zijn Sportingperiode, zijn de vele afzonderingen in Huizingen. "Eugène Steppé (secretaris van Sporting) liet ons toen altijd kijken naar een cowboy- of een gangsterfilm en na afloop zei hij dat we er op het veld op dezelfde manier moesten invliegen", liet Decorte optekenen.

Hoewel hij slechts enkele jaren voor Sporting speelde, keerde hij na zijn genezing terug in de schoot van de club, waar hij deel uitmaakt van het prospectiecomité en samen met Roland Van Ginderachter de individuele trainingen voor de jeugd verzorgt, waarbij die jongeren zich nog vaak vergapen aan zijn uitstekende balbehandeling.

 

 

 

FR:
 

L' inventeur du "Une-Deux"

 

Marcel De Corte a peut-être toujours dans son inconscient, préféré le basket-ball au football. Ce Trudonnaire, fils de Brugeois de la Grand-Place s' adonnait à la balle au panier au Hellas Gand. Il y évolua même en équipe fanion, tout au long de la saison 1946-1947. Il ne s' orienta vers le football qu' à l' âge de 16 ans. Dribbleur accompli mais souvent, impénitent, il se distingua au Racing dans l' anonymat de la Division 3. Il avait affûté sa technique en travaillant les balles de tennis qui survolaient la clôture du Racing de Gand à l' instar des Brésiliens de toujours, observa-t-il, fier. Il séduisit Anderlecht qui l' enrôla, sans qu' il l' eût souhaité, en 1950 : "Le Sporting s' est trompé : il croyait "acheter" un intérieur gauche, il a acquis un extérieur droit !" plaisanta-t-il souvent au terme de sa carrière. Anderlecht l' engagea contre cinq de ses joueurs : Wijns, Vander Eecken, Erroelen, Figeys et même Michel Vanvarenbergh.

Marcel De Corte brilla de mille feux lors de l' inauguration de l' éclairage du Stade Versé, le 6 mai 1954. Dans ce match de gala qui opposait le Sporting au Racing Buenos Aires, Marcel De Corte multiplia les une-deux avec Jef Mermans, s' érigeant ainsi en inventeur belge de cette fameuse double passe. Celle-ci n' acquit toutefois ses véritables lettres de noblesse que lorsque les Brésiliens Pelé et Coutinho en régalèrent les spectateurs du monde entier.

 

Talent naturel mais individualiste, Marcel De Corte perdait souvent de vue l' intérêt collectif. Impertinent, il avait aussi tendance à se moquer de la hiérarchie qui prévalait dans le groupe, attitude qui ne le rendit pas très populaire auprès de ses équipiers. "Je n' étais pas un vrai clubman. Je jouais pour moi. J' adorai le ballon. Un jour que nous montions sur la pelouse, Arsène Vaillant m' a tendu deux ballons : "Amuse-toi avec eux. Nous, nous jouerons avec le ballon officiel !"

 

Marcel De Corte reconnaît : "J' avais un autre défaut. J' étais fainéant. Heureusement, certains travaillaient pour moi : René Van der Wilt, par exemple, ou encore Susse Gettemans que nous avions baptisé Jérôme en raison de ses pectoraux développés."

 

Le Trudonnaire était aussi, d' emblée, entré en conflit avec Jef Mermans, qui avait refusé de lui serrer la main lors de leur première rencontre. "Je m' étais juré de ne lui adresser aucun ballon tant qu' il ne m' aurait pas salué de cette manière." Jef Mermans effectua le premier pas vers la conciliation lors d' une promenade digestive à laquelle s' adonnaient les joueurs anderlechtois sur la plage de Knokke. "Il m' a tapé sur l' épaule alors que, transistor à l' oreille, j' écoutais un air de bel canto. Dans son sabir anversois, il a suggéré que nous fissions la paix. Nous sommes devenus les meilleurs amis du monde."

 

Une banque lui ayant offert un poste à Léopoldville, Marcel De Corte émigra au Congo belge en 1954. Il ne resta qu' un an au Cercle Sportif de Léopoldville. "L' humidité de l' air ambiant avait affecté ma santé. Le médecin avait même décelé une tache sur mon poumon qui m' interdisait tout effort prolongé. " En Afrique, Marcel De Corte se fit remarquer par des recruteurs du Sporting Portugal. Anderlecht refusa de le libérer.

 

Durant son séjour au Congo, Marcel De Corte effectua, déjà, ses premières opérations de scouting pour le compte du Sporting. Plus tard, il intégra la cellule recrutement d' Anderlecht. Sous le maillot du Sporting, Marcel De Corte conquit quatre titres nationaux. "Je n' étais pas bon, je n' aimais pas vraiment le football, mais qu' est-ce que je me suis amusé !", claironna-t-il souvent après qu' il eut remisé les souliers à crampons.

 

 

Carrière

Marcel De Corte joue d'abord au basket-ball, notamment au Hellas Gand, avant de se diriger vers le football. Il débute au Racing Gand, où il est remarqué pour sa technique balle au pied. En 1950, il est recruté par le Sporting d'Anderlecht, qui l'échange contre cinq joueurs : Arnold Vander Eecken, Pierre Figeys, Pierre Erroelen, Michel Van Vaerenbergh et Jean Wijns. Il forme alors au club bruxellois un trio d'attaque prolifique avec les buteurs Jef Mermans et Polyte Van den Bosch. Sous la houlette du coach anglais Bill Gormlie, il remporte deux titres nationaux, en 1951 et 19541.

En 1954, il déménage au Congo, alors toujours colonie belge, où il travaille dans le secteur bancaire. Il continue de jouer au football dans le championnat local avec le CS Léopoldville. Mais après quelques mois, il tombe malade, et décide de revenir en Belgique et de jouer à nouveau pour Anderlecht. L'entraîneur Bill Gormlie ne l'a pas oublié, et le relance rapidement en équipe première en 1955. Il reste à Anderlecht jusqu'en 1959, remportant au passage deux nouveaux titres de champion en 1956 et 19592.

Marcel De Corte quitte Anderlecht en 1959 et rejoint l'ARA La Gantoise. Il y joue une saison, puis part pour l'Olympic Charleroi, où il joue encore un an. Il prend ensuite sa retraite sportive en 1961 pour devenir l'entraîneur du KSV Waregem. Par la suite, il devient notamment recruteur pour Anderlecht. Il reste ensuite impliqué dans la vie du club, étant entre autres le parrain du Fan Day, la journée portes ouvertes du club, en 20073

Palmarès
4 fois champion de Belgique en 1951, 1954, 1956 et 1959 avec Anderlecht.
2 fois Vice-champion de Belgique en 1953 et 1957 avec Anderlecht.

 


 

Etant donné son départ pour l'ancien Congo belge en 1954 pour cause de maladie, Marcel Decorte a vécu une carrière footballistique assez courte au Sporting et avec l'équipe nationale (3 sélections). Avec sa technique et sa classe à l'état pur, le souvenir de sa carrière en football reste très vivant. Au début des années 1950, tout le monde affirmait sans crainte que Decorte, sans oublier bien sûr Rik Coppens, était un des plus grands talents en Belgique. Decorte, né à Saint-Trond, mais joueur au Racing Genk, avait un style de jeu qui convenait plutôt bien au Sporting. Anderlecht offrit donc 5 joueurs en échange aux Limbourgeois: Pierre Figeys, Arnold Vander Eecken, Jean Wijns, Pierre Erroelen et Michel Van Vaerenbergh.

Au début, son intégration à Bruxelles ne se passait pas trop bien. Le jeune Decorte était tellement focalisé sur son propre talent individuel qu'il oubliait souvent l'aspect collectif du football, ce qui ne plaisait pas du tout à Jef Mermans. Finalement, son talent fit taire toutes les critiques et c'est dans l'ancien stade Emile Versé qu'il inventa avec Jef Mermans et Polyte Vanden Bosch le une-deux à la belge, ce qui allait faire d'énormes dégats dans les défenses de l'époque. Le match le plus brillant où il put montrer ses talents de dribbleur fut la rencontre amicale le 6 mai 1954 à l'occasion de l'inauguration du nouvel éclairage. Contre le Racing Club de Buenos Aires, Decorte se montra plus argentin que les Argentins eux-mêmes, où il concrétisa d'un but un une-deux avant la lettre avec Mermans. Le nom 'une-deux' ne sera officiel qu'après que le duo brésilien Pele - Coutinho en ait fait sa marque de fabrique.

Ce dont il se souvient le plus de sa période au Sporting, sont les nombreuses activités à Huizingen. "Eugène Steppé (secrétaire du Sporting) nous faisait toujours regarder des films de cowboy ou de gangsters, et il nous disait ensuite que c'était de la sorte que l'on devait se comporter une fois sur le terrain".

Même s'il n'a joué que quelques années à Anderlecht, il revint après sa blessure au club, où il fait partie du comité de prospection et s'occupe en compagnie de Roland van Ginderachter des entraînements individuels des jeunes qui s'étonnent encore de son excellente technique balle au pied.

 



#2 Gascar

Gascar
  • Administrators
  • 5,430 posts
  • My team:RSCA
  • Favorite Team:
    Juventus

Posted 20 April 2013 - 14:02

8663359972_6e508e62f5.jpg