Jump to content


Photo

Adams, Fernand (1919-1933)

Cassis

  • Please log in to reply
1 reply to this topic

#1 Gascar

Gascar
  • Administrators
  • 5,430 posts
  • My team:RSCA
  • Favorite Team:
    Juventus

Posted 20 April 2013 - 09:37

2265406721_small_2.jpg



NL:
 

"Jean Caudron, maar vooral de centerfore Ferdinand Adams, als grote ster van de jaren twintig, hebben ervoor gezorgd dat Anderlecht niet langer zomaar een Belgische voetbalclub was." Deze appreciatie voor de vooroorlogse voetbalgod Cassis Adams komt van Constant Vanden Stock, de voormalige voorzitter van RSCA, waar hij tot 1938 speler was en er één jaar, in 1933, in het eerste elftal voetbalde met Adams. Toen moest de midvoor, na een opeenvolging van spierblessures, definitief afhaken.

De Brusselaar had toen dan wel geschiedenis geschreven voor Anderlecht, ondermeer in 1924, toen de paarswitte goalgetter samen met doelman Caudron, Caude, en met de inside Charles Demunter werd geselecteerd voor een interland in Denemarken, meteen de eerste maal dat drie spelers van Anderlecht gezamenlijk het shirt van de Rode Duivels droegen. Voor Demunter bleef het bij die ene selectie, Caudron haalde 19 caps en Cassis 23, waarbij 2 wedstrijden op het WK '30 in Montevideo. "Zonder de concurrentie van Rik Larnoe van Beerschot, die met de nationale ploeg in 1920 Olympisch kampioen was geworden, en veel later van Lierenaar Bernard Voorhoof, had Cassis er veel meer uitgehaald", meent Vanden Stock.

Iedereen kende de spits zijn hele carrière lang onder naam 'Cassis', een bijnaam die hij al in zijn jeugd had meegekregen. Zijn moeder noemde hem omwille van zijn treffende gelijkenis met zijn neef al Ciske, en toen ook nog bleek dat hij al snel door de Brusselaars Cassis! genoemd: Kas voor goal en Cis...

Cassis blijft voorbij bij als de midvoor die verschroeiende volleys in huis had op de voorzetten van de twee extérieurs. Vanden Stock: "Ik weet nog hoe hij een keer in een derby op Daring-keeper Léon Vandermeiren, een international toen, echt fusilleerde. Een center van Herings en, vanop een paar meter ... pàng ... hij mocht er oen hangen, zoals ze in Brussel zeggen. Hij was echt het type spits dat een stadion kon doen ontploffen. In die tijd werd er nog niet zo stug gedekt, als de centerfore tussen de backs wat teveel ruimte kreeg, kwam hij snel alleen voor doel. En Cassis was een kwiek baasje, hij snelde regelmatig tussen de backs door. Om dan in volle foulé op goal te sjotten. Een droge knal, vooral met de rechtse. Hoewel hij een atletisch figuur had, was zijn kopspel veel minder, ook omdat hij niet altijd zo goed overeen kwam met Demunter, die geraffineerder was. Zo'n gebrek aan verstandhouding, dat kan gebeuren, dat gebeurt nog." Zelf legde Cassis altijd uit dat het een bewuste keuze was snel te schieten, zonder al teveel te verliezen met balcontroles. "Zo geef ik de tegenstanders niet de tijd terug te keren", heette het. Het geheim van zijn snelheid wilde hij ook wel uit de doeken doen. Als kleine jongen hielp hij vaak zijn oom, die bakker was, met het leveren van brood. Daarbij werd het ook een sport sneller te zijn dan de buurjongens die steeds op jacht waren naar een lekker broodje. Vandaar dus...

Al vanaf 1910, hij was toen nauwelijks 8 jaar oud, ging Cassis als geboren Anderlechtenaar kijken naar de wedstrijden van Sporting. Om geen ticket te moeten betalen - 10 centiemen achter de doelen, 12,5 centiemen langs de zijlijn - wachtte hij aan de Verheydenstraat de spelersbus op, glipte tussen de spelers, nam een of andere valies en geraakte zo, als begeleider, in het stadion. De jonge Adams bleek een rasvoetballer te zijn: als kleine knaap al was hij niet weg te slaan van het Dapperheidsplein, waar hij zelfs in de winter bleef voetballen, veelal op klompen en met een kleine bal. Ze speelden er wedstrijden tussen scholen, de gemeenteschool tegen de katholieken. De eerste helft tussen halftwaalf en twaalf, dan snel gaan eten en dan de tweede helft van één uur tot halftwee.

Hij schreef zich in op Anderlecht in 1918 - hij was toen zestien jaar oud. Hij zou er maar één jaar bij de scholieren spelen, ze werden meteen vice-kampioen van België (nooit eerder had een ploeg van Anderlecht dat bereikt). Het volgende seizoen zou hij niet meer uit de basisploeg verdwijnen. Juniores en invallers werden dus gewoon overgeslagen, hij vond dat heel normaal. In zijn ogen stond hij boven alle discussie, twijfelen aan Cassis was heiligschennis. Vanden Stock, glimlachend: "Laat ons zeggen dat het hem niet aan zelfvertrouwen ontbrak. Hij was een heel trotse man, zou nooit hebben gepikt dat hij uit de ploeg werd gezet. Later ging hij ook hulptrainer Charles Gillis assisteren, waarbij hij duidelijk liet verstaan dat hij de assistent-trainer was. Ik moet wel zeggen dat er in die periode ook al serieus werd getraind."

In de periode van Cassis was Anderlecht nog duidelijk een liftploeg: promoties naar eerste en degradaties naar tweede divisie volgden elkaar snel op, en pas in 1935 zou de club definitief in eerste klasse blijven. Toch zorgde Cassis er in zijn periode voor dat paarswit respect kreeg, dat Anderlecht niet langer een club n'importe quoi was, zoals Vanden Stock dat zegt. En dat was geen geringe verdienste. Anderlecht promoveerde voor het eerst in zijn bestaan naar 's lands hoogste voetbaldivisie in 1921, na een testwedstrijd tegen F.C. Luik. In de zomer, als het voetbal stillag, onderhield Cassis zelf zijn conditie met kaatsen bij de kaatsclub 'Les amis du Sporting'. Overigens zouden ook Henri Meert en nog andere Anderlechtspelers later dat voorbeeld volgen. Volgens Cassis lag het dan ook niet aan een gebrek aan training dat Anderlecht niet ernstig kon concurreren met Daring en Union, de grote Brusselse rivalen in die periode. Volgens hem ontbrak het de club aan talent. "Zonder mij verliest de club de pedalen", voegde hij daar bescheiden aan toe. De cijfers lijken hem gelijk te geven: in 1926 stond Sporting halfweg het seizoen nog aan de leiding, maar toen Cassis problemen begon te krijgen met zijn knie en wedstrijden moest missen, zakte de club heel snel terug. Pas in 1930 slaagde Anderlecht er voor het eerst in voor Union en Daring te eindigen, wat voor Cassis een persoonlijke overwinning betekende.

Groot geld viel er in die periode niet te verdienen voor een voetballer, alles gebeurde op amateur-niveau. Cassis was er nochtans 2 keer niet veraf, met voorstellen van Tienen en van een Parijse club die hem een baan als vertegenwoordiger in geestrijke dranken (Bitter-Cassis!, een uitvinding van zijn vader) én bovenop een villa aanbood. Daarnaast mocht hij ook nog een speler naar keuze meebrengen naar Parijs. Maar Anderlecht weigerde op de voorstellen in te gaan. "In die tijd was een transfer een zeldzaamheid", weet Vanden Stock. "Indien de club Cassis had laten gaan was er noch min noch meer een revolutie uitgebroken. En dus is hij bij Anderlecht gebleven tot op het einde van zijn carrière. Een carrière waarin vaak geblesseerd was, ook omdat hij altijd te snel wilder hervatten. Hij liet ons soms de plekken zien waar hij werd geopereerd, hij hield er nogal littekens aan over."

In 1933 zette hij een punt achter zijn carrière als voetballer. Precies in datzelfde jaar bestond de club 25 jaar en werd Anderlecht een Koninklijke Sportvereniging. Daarna vertrok hij naar Leuven, waar hij als trainer debuteerde. Eigenlijk kon dat niet, want reglementen voorzagen dat een speler voor zijn 35ste de club niet kon verlaten, voor welke functie dan ook. Maar de dirigenten van Anderlecht gaven hun eerste echte ster graag toestemming. In 1941 keerde hij terug bij Anderlecht. Met Bob Wyckaert (Max Well) en Krumme Mile Defevere vormde hij er een vermaard trainersduo. Hij zou zich ook bezighouden met de jeugd van Sporting, trainde later nog Daring Club Brussel (toen Raymond Goethals er in het doel stond), US Centre en Ukkel Sport.

Ferdinand 'Cassis' Adams overleed op tachtigjarige leeftijd in 1992



 

FR:
 

"Jean Caudron, mais surtout Ferdinand Adams, grande vedette des années 20, ont contribué au fait qu'Anderlecht est devenu autre chose qu'un simple club de foot". Cette appréciation pour Cassis Adams, le dieu du foot de l'avant-guerre, vient de Constant Vanden Stock, l'ancien président d'Anderlecht, où il joua en tant que joueur jusqu'en 1938 et où il joua aux cotés d'Adams lors d'une seule saison, en 1933. Le joueur devait alors mettre un terme à sa carrière, suite à une succession de blessures musculaires.

Le Bruxellois a écrit plusieurs pages de l'histoire d'Anderlecht, notamment en 1924, lorsque le buteur mauve, le gardien de but Caudron et Charles Demunter furent sélectionnés pour jouer contre le Danemark. C'était la première fois que 3 Anderlechtois portaient ensemble le maillot des Diables Rouges. Pour Demunter, cette sélection restera unique, alors que Caudron et Cassis en auront respectivement 19 et 23, dont 2 lors de la Coupe du Monde en 1930 à Montevideo. "Sans la concurrence de Rik Larnoe du Beerschot, qui avait été sacré champion olympique en 1920 avec l'équipe nationale, et plus tard du Lierrois Bernard Voorhoof, Cassis aurait récolté encore plus de gloire", explique Vanden Stock.

Tout le long de sa carrière, on se souvint de lui sous le nom de 'Cassis', un surnom qu'il avait reçu dans sa jeunesse. Sa mère le surnommait déjà ainsi en raison de sa forte ressemblance avec Niske, son cousin.

Vanden Stock: "Je me souviens encore comment il avait fusillé le gardien Léon Vandermeiren lors du derby contre le Daring. Un centre de Herings, quelques mètres et pang! C'était vraiment le type d'attaquant qui faisait exploser tout un stade. A cette période, quand les défenseurs laissaient trop d'espace, un centre-avant se retrouvait souvent seul face au gardien. Et Cassis avait bien compris cela, se faufilant entre les backs et reprenant les centres d'une jolie reprise de volée. Une frappe sèche, surtout du droit. Malgré sa silhouette d'athlète, son jeu de tête laissait par contre à désirer, notamment parce qu'il ne parvenait pas toujours à s'accorder avec Demunter, qui était plus raffiné". Cassis expliquait souvent que c'était un choix réfléchi que de tirer le plus vite possible, en évitant ainsi de perdre du temps avec un contrôle de balle. "Ainsi, les adversaires n'ont pas le temps de revenir", expliquait-il. Il nous dévoila aussi son secret pour être aussi rapide. Etant plus jeune, il aidait souvent son oncle, qui était boulanger, à livrer le pain. Et c'était donc un sport de livrer le pain au plus vite, afin de faire taire la concurrence...

Déjà depuis 1910, quand il avait alors 8 ans, Cassis, né à Anderlecht, allait déjà voir les rencontres du Sporting. Pour ne pas devoir payer sa place (10 centimes derrière les buts, 12.5 centimes le long de la ligne de touche), il attendait que le bus des joueurs arrive, se glissait parmi les joueurs, prenait un sac ou deux, et se faisait passer pour un guide dans le stade.

Il s'est inscrit à Anderlecht en 1918 - il avait alors 16 ans. Il joua un an avec les scolaires, et ils furent directement vice-champions de Belgique. La saison suivante, il avait conquis totalement sa place de titulaire. Il faisait déjà l'unanimité au sein de l'équipe. Vanden Stock: "Disons qu'il ne manquait pas de confiance en lui. C'était un homme très fier, et il n'aurait jamais accepté d'être mis à l'écart de l'équipe. Plus tard, il aida aussi le coach adjoint Charles Gillis, à qui il fit comprendre qu'il était assistant-coach. J'avoue qu'on travaillait dur aux entraînements à cette époque".

A cette période, Anderlecht était encore une équipe 'ascenceur': montées en D1 puis descentes en D2 se succédaient sans fin. Ce n'est qu'en 1935 que le club allait rester définitivement en D1. Cependant, Cassis a fait en sorte lors de sa carrière qu'on respecte Anderlecht, que ce club ne soit plus uniquement du n'importe quoi, comme le dit Vanden Stock. Anderlecht monta pour la première fois en D1 en 1921, après un test-match contre le FC Liège. L'été, alors que c'était la pause footballistique, Cassis entretenait sa condition au sein du groupe 'Les amis du Sporting'. Plus tard, Henri Meert et d'autres joueurs du Sporting suivront son exemple. Selon Cassis, ce n'était pas à cause d'un manque d'entraînement qu'Anderlecht ne pouvait pas faire concurrence au Daring ou à l'Union, les grands rivaux bruxellois de l'époque. En fait, il était d'avis que les Mauves manquaient encore de talent. "Sans moi, le club perd les pédales", déclara-t-il même un jour. Les chiffres semblaient lui donner raison: en 1926, le Sporting était en tête à la mi-saison, mais lorsque ses problèmes de genou commencèrent à l'écarter des pelouses, le club perdit rapidement plusieurs places au classement. Ce n'est qu'en 1930 qu'Anderlecht parvint à terminer devant le Daring et l'Union, ce qui signifiait une petite victoire pour Cassis.

A l'époque, les footballeurs ne gagnaient pas beaucoup d'argent, tout se jouait à un niveau amateur. Cassis ne fut pourtant pas loin d'en faire une carrière professionnelle à deux reprises, avec des offres de Tirlemont et d'un club parisien qui lui proposait une carrière en tant que représentant d'une boisson (Bitter-cassis, une invention de son père) et surtout lui offrait une villa. De plus, il pouvait amener un joueur de son choix à Paris avec lui. Mais Anderlecht refusa d'entamer les négociations. "Les transferts étaient vraiment rares à l'époque", rappelle Vanden Stock. "Si le club avait laissé partir Cassis, ça aurait provoqué une vraie révolution au sein des supporters. Et il est donc resté parmi nous jusqu'à la fin de sa carrière. Il fut souvent blessé, notamment à cause du fait qu'il voulait trop vite se rétablir".

En 1933, il met un terme définitif à sa carrière de footballeur. Le club fêtait alors ses 25 ans d'existence, et Anderlecht fut sacré 'Royal'. Il partit ensuite à Louvain, où il débuta sa carrière d'entraîneur. En fait, il ne pouvait pas car les réglements stipulaient qu'un joueur de moins de 35 ans ne pouvait quitter son club pour une autre fonction ailleurs. Mais les dirigeants d'Anderlecht lui accordèrent la permission. En 1941, il faisait son retour à Anderlecht. Avec Bob Wyckaert (Max Well) et Defevere il allait former un solide duo d'entraineurs. Il allait aussi s'occuper des jeunes d'Anderlecht, et entraîna encore par la suite le Daring Club Brussel (avec Goethals dans les buts), US Centre et Uccle Sport.

Ferdinand 'Cassis' Adams est décédé à l'âge de 80 ans en 1992.



 

La première star

Fernand Adams à vécu quatre-vingts ans, de 1903 à 1983. Première vedette nationale du Sporting, fugure de proue de la décennie 1920-1930, il inaugura, au poste d' avant-centre, la longue et prestigieuse lignée des internationaux anderlechtois. Trop vulnérable encore, en ces temps héroïques, pour concurrencer l' Union et le Daring, le Sporting ne faisait illusion que lorsque Fernand Adams, déjà surnommé "Cassis", s' alignait en fer de lance. L' équipe entière dépendait de lui. Fernand Adams le savait au point que son importance tendait à le rendre imbu de lui-même. Il avait pu mesurer son impact lorsqu' une blessure au genou l' avait contraint de se reposer plusieurs semaines : amputée de son meilleur élément, l' équipe avait périclité.

Fernand Adams avait emprunté son surnom Cassis, à l' association du terme "kas" qui, en bruxellois, désignait le but et au diminutif "Ciske" qu 'employait sa maman pour le distinguer de son cousin. Tout jeune, Cassis Adams épuisait son énergie à la plaine Dapperheid, dans des matches acharnés opposant l' école communale à son homologues catholique. Il s' y ébrouait même lorsqu' il gelait à pierre fendre. A 7 ans, il s' intéressait déjà au Sporting : "Le chapitre anderlechtois a débuté en 1910, a-t-il noté dans l' ouvrage de S.H. Pauwels, Royal Sporting Club Anderlecht, 1908-1983, 75 ans de football, consacré aux 75 ans du club. Je n' ai jamais payé pour assister à un match. J' attendais les joueurs, je m' emparais de leurs sacs et je les suivais." Il s' affilia au club à l' âge de 16 ans.

Champion du Brabant et vice-champion de Belgique en Scolaires, Cassis Adams se distinguait, d' abord, par sa vélocité. Celle-ci constituait son atout majeur. Il l' exerçait fréquemment au fil des tournées quand les clients que son boulanger de père alimentait en victuailles, s' apercevaient qu 'il leur manquait une pâtisserie dûment commandée. Mais Fernand Adams recelait d' autres atouts. Il dribblait indifféremment des deux pieds et décochait des envois d' une puissance et d' une violence inouïes.

Son talent le dispensa de transiter par la formation des Juniors : l' équipe fanion avait besoin de lui ! La modestie ne l' ayant jamais étouffé, Cassis Adams estimait que cette promotion allait de soi. L' avant-centre bruxellois se révélait aussi très exigeant. Il n' était pas aisé d' évoluer à ses côtés. L' un de ses équipiers l' a confessé dans l' ouvrage de référence Anderlecht Uniek :
"Il jugea mes premiers matches d' un oeil critique. Dans une rencontre au Lierse, en 1930, nous forçâmes un coup de coin. Adams était monté dans le rectangle. J' étais demeuré quelque peu en retrait. Quand le ballon se détacha de l' amas de joueurs, je le récupérai et fonçai droit devant alors que les deux défenseurs lierrois se repliaient. Je plongeai pour les prendre de vitesse et me présentai seul devant le gardien. Je tirai des vingt-cinq mètres. But ! "Cassis" me donna une tape sur l' épaule en me susurrant que je ne devais pas tenter ma chance d' aussi loin, à l' avenir. Toutefois, il m' a toujours bien conseillé. Quand je m' entraînais avec les cadets, le jeudi après-midi, il me soufflait à l' oreille des conseils toujours avisés. Plus tard, devenu capitaine, il nous fit profiter, sur le terrain, de précieuses consignes tactiques. Il aimait procéder par triangles : trois hommes autour du ballon, devant lui et derrière lui. Pour l' époque, ce n' était pas mal vu."

Cassis Adams n' hésitait pas à nouer des relations conflictuelles avec sa Direction. Après une longue éclipse imputable à une blessure, il revint au club, en 1926-1927. A l' instar de Jean Caudron, le gardien, qui se rétracta bien vite quelque peu, il posa une exigence : 3.000 francs belge (75 €). Il ne négocia pas. Trois supporters farfouillèrent dans leurs goussets pour assouvir l' appétit financier de la vedette de leur équipe. Son... beau-père, président de la fédération des supporters, était l' un d' eux.

Fernand Adams a écrit les premières belles pages de la riche histoire du Sporting. Le 5 octobre 1924, par exemple, il endossa au Danemark, la vareuse de Diable Rouge. Deux autres Anderlechtois l' imitèrent : le gardien Caudron et l' intérieur De Munter. Jamais le Sporting n' avait délégué en même temps autant d' internationaux. Adams participa également au voyage mémorable des Diables Rouges en Uruguay pour la première Coupe du Monde en 1930. Il y disputa deux rencontres. Sur l' ensemble de sa carrière internationale, Adams totalisa 23 sélections et inscrivit 9 buts. La relégation d' Anderlecht en Promotion - la D2 d' aujourd' hui - n'avait pas interrompu sa carrière internationale.

Cassis fut sollicité également par d' autres clubs, à deux reprises. Par Tirlemont d' abord, par... Paris ensuite. Le club de la Ville Lumière lui offrait un appartement et un magasin de spiritueux. Anderlecht ne se laissa pas souffler son joyau offensif.

Fernand Adams adorait le sport - pendant la trêve hivernale, il entretenait sa condition en s' adonnant au jeu de balle avec les "Amis du Sporting" - mais appréciait beaucoup aussi la vie nocturne. Il avait également le sens de la famille. Son beau-père, qui gérait un café qui faisait le coin de la place Dapperheid et de la rue Saint-Guidon, trouvait souvent en lui un auxiliaire zélé.

Cassis Adams rangea ses crampons en 1931. Il avait 30 ans. Il partit entraîner le Stade Louvaniste. Il brava un interdit. A l' époque, un footballeur ne pouvait quitter son club pour en entraîner un autre avant d' avoir atteint l' âge de 35 ans. Cette fois, Anderlecht n' opposa pas son veto. Reconnaissant, Fernand Adams revint au Sporting, comme entraîneur cette fois, sept ans plus tard. Flanqué de Bob Wyckaert - alias Max Well - et d' Emile Defevere, il dirigea l' équipe fanion pendant la saison 1940-1941. Il dériva ensuite vers les équipes d' âges. Il entraîna aussi le Daring de Bruxelles dont les buts étaient défendus par un certain... Raymond Goethals.



International de 1924 à 1930 (23 sélections et 9 buts marqués)
Participation à la Coupe du monde 1930 (2 matches joués)
Meilleur buteur du Championnat de Belgique D2 en 1921 (28 buts), 1924 (41 buts), 1927 (40 buts) et 1929 (42 buts)


  • bloemkool likes this

#2 Gascar

Gascar
  • Administrators
  • 5,430 posts
  • My team:RSCA
  • Favorite Team:
    Juventus

Posted 20 April 2013 - 09:38

8662261733_5dd887a42b_b.jpg